Encore peu connu, le perp devra très bientôt, s’imposer. Cependant, il semble que ce soit le placement d’épargne à absolument connaître pour bien préparer sa retraite. Il permet d’accéder à de nombreux avantages fiscaux, par rapport à une assurance-vie. Il est d’ailleurs, à noter que selon une enquête assurée par Odoxa pour la Caisse d’épargne, le parisien et Aujourd’hui, seule une petite partie des retraités soit 10 % possèdent un perp si 32 % des personnes actives concèdent en vouloir contracter un ou en ont déjà contracté.

Le plan d’épargne retraite public à contracter

Ce placement d’épargne a été mis en œuvre par les Français pour les pousser à mieux préparer leur retraite. Cependant, sa popularité n’a pas pourtant décollé. En effet, selon les derniers sondages, seuls 21 % des Français savent ce qu’est un perp si les épargnants possédant un avoir financier de bien plus de 75 000 euros, ont pour la plupart contracté un tel placement. Il est ainsi, évident que cette manque de notoriété du perp est le résultat direct de la popularité quasiment omniprésente de l’assurance-vie. Il est à noter que la différence entre ces deux placements d’épargne, réside surtout au niveau de la perception des avantages fiscaux. L’assurance-vie permet d’en bénéficier à la sortie du placement si les avantages fiscaux obtenus via le perp , sont surtout accessibles à la sortie. De plus, si l’épargnant pense à alimenter son compte, alors les avantages sont également renouvelés pour chaque nouvelle année. D’autant plus qu’il est possible de retrancher la valeur des versements effectués sur un ou plusieurs comptes perp, de la partie imposable des revenus globaux du propriétaire de ce ou de ces comptes épargnes. Cependant, pour éviter les dérives et les divers abus pouvant survenir, l’Etat a toutefois, pensé à instituer un garde-fou qui n’est autre qu’un plafonnement de la valeur des versements sur un compte perp pouvant être retranchés sur la partie imposable de ses revenus globaux. Ce plafonnement correspond ainsi, à 10 % des revenus professionnels de l’année précédente qui ont été déclarés à l’impôt.