L’impôt sur la solidarité de la fortune ou ISF a cessé d’être en vigueur le 31 décembre 2017. Il est substitué par l’impôt sur la fortune immobilière IFI à compter du 01er janvier 2018. Quelles sont alors les conséquences de ce changement sur votre patrimoine ? Les explications tout de suite, après avoir résumé en quelques lignes les particularités de ce nouvel impôt qu’est l’IFI.

L’IFI est entré en vigueur dans le but d’encourager les Français à investir davantage dans les entreprises. Ceux-ci sont relativement frileux quant à placer leur argent dans des actifs autres que l’immobilier. La pierre demeure certes le véhicule d’investissement préféré des Français, de même que ses dérivés : les produits de la pierre-papier (SCPI et OPCI dans la location nue, FILM dans la location meublée).

En mettant en place l’IFI, tous les produits d’épargne (capital d’une assurance-vie, PERP, livret A, etc.) ainsi que les valeurs mobilières sont désormais exonérés d’impôt sur la fortune. C’est aussi le cas pour les actifs financiers destinés à être injectés dans un placement auprès d’une société généralement non cotée ou innovante. Pareil pour les autres biens tels que les véhicules, les chevaux ou autres actifs.

En revanche, tout ce qui est fortune immobilière doit faire l’objet du paiement de cet impôt chaque année, comme avec l’ISF. Les produits de la pierre-papier en font également partie.

Il existe pourtant un moyen d’échapper à cette taxation pour les futurs héritiers du patrimoine. Pour cela, le propriétaire actuel procède au démembrement du patrimoine immobilier. Il se sépare de la nue-propriété, qu’il cède à ses héritiers devenus par conséquent nus-propriétaires. Lors de la mise en exécution du démembrement, ces derniers n’auront pas à payer l’IFI. Quant au propriétaire devenu usufruitier, il supportera cette taxation puisque c’est lui qui continue à occuper le bien à sa guise ou à en tirer des revenus.

Tout savoir sur les particularités du patrimoine net taxable sur defiscalisezmoi.com.